Football Américain - Flag - Cheerleading - FFFA - Hall of Fame

Accès extranet

Facebook Dailymotion Twitter

FFFA HALL OF FAME


La fédération française de Football américain passe en 2018 le cap des 35 années d'existence, c’est l’âge idéal pour jeter un coup d’œil en arrière et se souvenir des débuts. Le souvenir d’où nous venons afin de regarder où nous allons. De légendes urbaines en anecdotes de vie, la FFFA, ce sont des dizaines de milliers de licenciés, tous joueurs, entraineurs, arbitres ou dirigeants qui ont construits de leur histoire celle du football américain en France. Alors que nous allons fêter, en 2019, le 25e casque de Diamant nous souhaitons, mettre en avant, ces femmes et hommes qui, depuis 1983* ont fait vibrer les touchdowns, les firsts down, les kickoffs et les encouragements sur les terrains français et internationaux.

Lors des festivités du 29 Juin 2019 nous sommes fiers d’inaugurer notre « FFFA Hall Of Fame » présenté par SPIRAL FOOTBALL !

* Le football américain se pratique depuis 1980 et la FFFA est officiellement reconnue en 1983

Chaque semaine d'içi le 29 Juin nous vous faisons découvrir quelques parcours de ces bâtisseurs . Les heureux élus (5) de la promotion 2018-2019 seront présentés lors du 25ième Casque de Diamant.




Promotion 2019


Portrait : Olivier Moret #Spartiates


Le football américain : un choix de vie

Olivier Moret, Directeur Technique National (DTN), travaille pour la Fédération Française de Football Américain et est notamment responsable de la cohérence des projets sportifs de la fédération avec les orientations du ministère des sports. Initié dès l'adolescence au football américain, il en devient très vite passionné et verra naître le club des Spartiates d'Amiens.


Équipe des Spartiates d'Amiens


"On avait tous entre 18 et 20 ans et pour se lancer dans l’aventure, on a regardé tous ce qui se faisait à la télé."

Mon histoire est liée à l’histoire du club d’Amiens. On était quelques étudiants à fréquenter les rangs du hocket sur glace à Amiens (les gothiques). J’avais 17/18 ans, j’allais voir les matchs de hocket avec Xavier Thuilot, on aimait bien et on s’est rendu compte qu’en faite on aimait énormément le sport américain. On a été voir notre mairie à Amiens, ils ont dit qu’il n’y avait pas de club de foot us. En 1987, on a décidé de créer un club. On avait tous entre 18 et 20 ans et pour se lancer dans l’aventure, on a regardé tout ce qui se faisait a la télé. Sur la 5, la chaîne retransmettait le samedi et dimanche des matchs de foot us en clair. On les a regardés et on les a enregistrés, c’est comme ça que l’on a appris les tactiques. Nous nous sommes créés notre premier cahier de jeux en regardant la télé et on notait les actions sur un papier.

Notre premier match = 92 – 0… Notre effectif était de 45 au départ et 20 après la défaite. On s’est accroché et on a commencé à faire venir des entraîneurs l’année d’après, on a eu notamment un entraineur québécois, Alain Frechette. La première année a été pour nous très compliquée…

Un plongeon dans l’inconnu

J’ai eu ma première licence aux Spartiates, en 1987. À l’époque, j’étais joueur et membre du comité directeur. Ce fut un véritable plongeon dans l’inconnu, on ne savait pas où l’on mettait les pieds, on savait à peine s’équiper normalement. On ne savait rien ! C’est l’inscoussicance de la jeunesse qui a fait qu’on s’est lancé la-dedans. Toute la diffulté qu’on mesure maintenant pour monter un club, on ne la mesurait pas avant.

Le premier match a fait que le noyau dur de l'équipe s’est tout de suite retrouvé. Les 25 mecs qui ont continué, ce sont les 25 qui étaient les plus motivés. Ce groupe de 25, il a tenu le club pendant des années et c'est ce premier match qui a fait que ce club existe encore aujourd'hui.

Mes meilleurs et mes pires souvenirs de carrière

Un des mes meilleurs souvenirs de carrière…. Le premier titre avec Amiens en 98, le casque d’or en 1ère divison où j’étais entraineur. J’ai arrêté de jouer en 98, j'étais joueur de 87 à 98. En tant que joueur, mon meilleur souvenir est le 1er match avec l’équipe de France contre les russes en 91 dans la ville d’Albertville. J’avais marqué un Touchdown sur mon 1er match, c’est mon meilleur souvenir.

Pour finir, je n’oublierai jamais ma participation en tant qu’entraineur en chef de l’équipe de France junior à Canton et à Austin au texas contre les USA pour la coupe du monde.

A l'inverse, mon plus mauvais souvenir, c’est la disparition de joueurs avec qui j’ai joué, qui sont décédés… Mais je retire que du positif et du plaisir dans ce que je fais donc je n’ai pas réélement de mauvais souvenir.

Vivre de sa passion

Mon lien avec le football américain aujourd’hui, c’est ma passion et mon métier. Je travaille actuellement à la DTN. J’ai l’avantage de travailler dans ce que j’aime. J’avais un cursurs plutôt destiné à être professeur d’histoire et j’ai tout laissé tomber pour jouer et plus tard passer un concours d’entraineur. Mon choix de vie a été fait pour rester dans le foot us, il a été d’avoir fait de ma passion un métier.

Mon objectif est de faire en sorte que le foot us se développe. L’effectif augmente au foot au flag et au cheer.

Le foot us : un sport de combat collectif

C’est un sport où tu ne peux pas tricher, c’est comme la boxe. C’est un sport de combat collectif, il faut s’engager. Il ne faut pas s’engager à moitié. La performance collective est totalement dépendante à ta performance à toi. Au rugby, t’attends que le ballon vienne à toi. Au foot us, sur toutes les actions il y a un rôle hyper important à jouer. Au foot us, on retrouve la notion d’engagement pour l’autre, tu travailles pour l’autre et la donne stratégique est géniale. Il faut être engagé physiquement et mentalement !

Le foot us, c’est un sport où quelle que soit ton gabari et ton profil (habile, précis, fort, rapide), tu as ta place dans une équipe et toutes les compétences peuvent se retrouver. C’est un combat collectif mais en sécurité ! Les équipements sont faits pour protéger ! D’ailleurs, nous avons maintenant de très bonnes protections !