Football Américain - Flag - Cheerleading - FFFA - Hall of Fame

Accès extranet

Facebook Dailymotion Twitter

FFFA HALL OF FAME


La fédération française de Football américain passe en 2018 le cap des 35 années d'existence, c’est l’âge idéal pour jeter un coup d’œil en arrière et se souvenir des débuts. Le souvenir d’où nous venons afin de regarder où nous allons. De légendes urbaines en anecdotes de vie, la FFFA, ce sont des dizaines de milliers de licenciés, tous joueurs, entraineurs, arbitres ou dirigeants qui ont construits de leur histoire celle du football américain en France. Alors que nous allons fêter, en 2019, le 25e casque de Diamant nous souhaitons, mettre en avant, ces femmes et hommes qui, depuis 1983* ont fait vibrer les touchdowns, les firsts down, les kickoffs et les encouragements sur les terrains français et internationaux.

Lors des festivités du 29 Juin 2019 nous sommes fiers d’inaugurer notre « FFFA Hall Of Fame » présenté par SPIRAL FOOTBALL !

* Le football américain se pratique depuis 1980 et la FFFA est officiellement reconnue en 1983

Chaque semaine d'içi le 29 Juin nous vous faisons découvrir quelques parcours de ces bâtisseurs . Les heureux élus (5) de la promotion 2018-2019 seront présentés lors du 25ième Casque de Diamant.




Promotion 2019


Portrait : Jerome Baudizzone #Squales


Jerome Baudizzone : les débuts d'un sport dans l'hexagone

Jerome Baudizzone est aujourd’hui éducateur sportif et formateur dans le sport et l'éducation populaire. Mais c’est aussi un ancien joueur des Squales de Rueil-Malmaison.



Équipe des Squales de Rueil-Malmaison


Tout a commencé lorsque j’ai appelé un responsable du foot américain en France, quelqu’un des Spartacus, qui m’a aiguillé sur les Squales de Rueil-Malmaison. Les Squales s’entraînaient à Bagatelle.

Les débuts des Squales

J’ai commencé dans ce club très sérieux, il y avait des anciens, des papas pour moi à l’époque, qui nous encadraient. Certains avaient une grosse culture américaine, gros 4x4 et stetson. Beaucoup de jeunes, pour certains encore dans le foot ou autour, les premiers entrainements se sont réalisés sans équipement, mais avec les mêmes contacts. Puis un jour, un joueur est parti en Allemagne avec nos commandes de matériel et nous avons tous eu notre matériel. C’était Noël. Dès la première saison, on a joué la demi finale du championnat de France. Il y avait 4 équipes : Spartacus, Météroes, Ange Bleu et nous. Personne ne voulait jouer le Spart, nos responsables ont dit : « On y va ! ». Nous avons joué cette demi-finale à Albi devant un stade rempli.

Les saisons suivantes, nous avons continué à progresser. Dans l'équipe, il y avait de gros frappeurs, c’était un petit peu une marque de fabrique chez les Squales. On avait des entrainements un petit peu, voire très fous. S’il y avait une colonne et un joueur en face, la colonne fonçais à grand coup de casque sur le joueur seul, les débuts d'un sport dans l'hexagone, sans les connaissances du futur. De belles années dans ce club. Le club est devenu important surtout l'année où une personne est venue avec des fonds et des projets, sûrement un peu gros pour l'époque, et quand cette personne est partie ce fut le début de la fin. J’ai commencé tout jeune, à l'écoute des entraineurs et à la fin du club je commençais à encadrer et à entrainer, ce qui m'a donné le goût de continuer dans mes clubs et même dans ma vie par la suite.

Des bons et des mauvais souvenirs

Mon meilleur souvenir de carrière, c’est l’entente avec les joueurs, équipes ou adversaires à 17/18 ans et on est toujours en contact à 56 ans… Mais il y a un mauvais souvenir que je garderai en tête, celui d’une défaite en finale en tant que coach avec les Molosses contre les Argos à Aix.

Un petit mot pour les jeunes

Il faut se lancer dans ce sport, il a gagné en encadrement et sécurité et même en débouchés, c’est un sport complet qui s'adresse à tous les morphotypes et à tous les sexes, il ne faut pas hésiter et ceux qui ne veulent pas prendre de coup il y aussi le Flag !