Football Américain - Flag - Cheerleading - Flag féminin - Actualités

Accès extranet

Facebook Dailymotion Twitter

L'actu des équipes de France Senior


Actualités 2016


Retour sur le championnat du monde 2016


Après 3 victoires contre le Guatemala, les Etats-Unis et le Japon, la sélection nationale féminine de flag s'incline face à l'Autriche en quart de finale et termine à la huitième place de la compétition internationale. 

Lionel FRIEDERICH, head coach, expose son bilan de la compétition : 



« Avant tout, je voulais remercier notre docteur Mohamed KUTNEH, notre kinésithérapeute Jessy RANDRIA, mon collègue entraineur Sylvain GUYOT et toutes les joueuses, Audrey, Catherine, Célestine, Claire, Clémence, Elisa, Justine, Louisa, Meryl, Stéphanie. Sans leur implication, rien n'aurait été possible. 

Quand on termine huitième, le bilan ne peut pas être positif. Avec tout le respect que j'ai pour les équipes d'Israël et du Brésil, la sélection nationale féminine française de flag ne doit pas perdre ces matchs. Il y a malgré tous des points positifs à retenir : deux matchs serrés face au Panama et à l'Autriche (les finalistes) et la victoire face aux USA. 

Sur un aspect plus terrain, nous avons été battu par des équipes mieux préparées. Les filles ont été très motivées et avaient beaucoup de volonté et cela nous permis quelques coups comme le score 12/26 face au Panama, mener à la mi-temps face à l'Autriche et la victoire face aux USA, mais dans l'ensemble, le flag mondial évolue très vite. L'avance que nous avions entre 2005 et 2008, a disparu. 

Mon ressenti sur les équipes rencontrées est qu'il y a une différence énorme entre le flag français et celui pratiqué à l'étranger. Quelques exemples : l'équipe autrichienne, à part exceptions, joue toute l'année ensemble. Juste à Mexico et dans sa proche banlieue, il y a plus de 45 équipes seniors de flag exclusivement féminines. Au Panama, il y a un championnat senior flag féminin qui est composé de 28 journées sur 6 mois. Sans parler des journées de détections et des regroupements pour préparer les tournois internationaux. 

Notre point fort reste tout le travail qui a été fait et le point à améliorer est de continuer. 

Il y a 6 ans, plusieurs joueuses, après l'annonce du lieu des championnats du monde, s'étaient fixé l'objectif de gagner les championnats du monde 2016, aux Bahamas. Peut-être s'étaient-elles dans leur inconscient, fixé une limite.

Nous sommes sans doute à la fin d'un cycle.

Cette campagne avait déjà eu des soucis au démarrage. En décembre, la fédération nous a envoyé un courrier, nous informant qu'aux vues du délai d'inscription, il ne serait pas possible d'envoyer une sélection. Après plusieurs réunions, la fédération décidait de nous soutenir, ce qui nous a permis de monter un projet afin de récolter la somme nécessaire. À la fin du mois de juillet tout était calé : billets d'avion, hébergement, terrain d'entrainement, repas, etc..

Trois semaines avant le départ, on apprenait que la compétition était annulée. 

Avec l'aide de la FFFA, nous avons pu réorganiser, dans l'urgence, ce qui avait été fait en 3 mois. Je vous laisse imaginer dans quel état d'esprit les joueuses pouvaient être, avant d'arriver sur le lieu de la compétition. 

Une fois sur place, le groupe a dû reprendre ses marques et peu de temps avant la compétition une équipe est née.

Nous avons mis plusieurs jours pour nous accoutumer à la chaleur, l'humidité et au décalage horaire. 

Avec deux pratiques par jour (quand elles n'étaient pas annulées à cause de l'orage) et des meetings, nous avons atteint notre 100% au matin du deuxième jour de la compétition. N'ayant pas eu la possibilité de faire des oppositions (à l'exception de 15 minutes contres des joueurs de high school qui n'ont fait que des " fade "), le premier match face au Canada nous a servi à rouler nos jeux face à une opposition et quelle opposition : les championnes du monde en titre. 

Ce qu'il faut noté c'est que la totalité des filles ont donné leur 100% à chaque fois qu'elles devaient le faire. 

Leur comportement sur et en dehors du terrain a été irréprochable. 

Je suis très fier d'avoir eu l'occasion d'entrainer ces 10 athlètes.

J'aimerais remercier tous les particuliers, associations, clubs, entreprises, partenaires, qui nous ont soutenu dans cette aventure. Mappy, Cheapset, Adventori, Inter-energies, la ligue Ile De France de FA, le Comité départemental des Hautes-de-Seine de FA, les Pendragons d'Attainville, les Diables rouges de Villepinte, Les Argonautes d'Aix-en-Provence, les Wildcats de Saint-Jean-de-Védas, l'Association des Coachs Francophones de Football Américain, Ridge Sport. 

Pour finir je voudrais remercier tout particulièrement Audrey MALHERBE, qui avec son travail quotidien, durant ces 6 derniers mois, a permis à la France d'avoir une sélection nationale de flag féminin, durant ce championnat du monde de flag. MERCI à elle. »


Crédits photos : FFFA / footballamericain.com